Entre Moscou et l'Oural, vue du train. Photo Philippe Comte, été 2004. "Na prestole" (fresque) - Exposition au monastère Novodevitchi, Moscou - Photo : Elena Jourdan Le cours du Ienissï, dans les monts Sayans - Photo : Elena Jourdan Isba - village de Koultouk - lac Baïkal - Photo : Elena Jourdan "Entrée dans Jérusalem" (fresque) - Exposition au monastère Novodevitchi, Moscou - Photo : Elena Jourdan Un lac dans les Sayans - Photo : Elena Jourdan Isba - Irkoutsk - Photo : Elena Jourdan Lac Baïkal : lieu chamanique sur l'île d'Olkhon - Photo : Elena Jourdan Le lac Seliguer, région de Tver. Photo Philippe Comte, été 2004. Paysage typique - Sibérie- Photo : Elena Jourdan Près d'Ekatérinbourg, le mémorial à la famille impériale. Photo Elena Jourdan
La place centrale de Torjok, région de Tver. Photo Philippe Comte, été 2004. La tombe de Chaliapine - Cimetière du monastère Novodevitchi, Moscou - Photo : Elena Jourdan Isba restaurée - Irkoutsk - Photo : Elena Jourdan Irkoutsk - Photo : Elena Jourdan Lors du concours de lutte traditionnelle "hourej", dans la République de Touva - Photo : Elena Jourdan Le monastère de Torjok, région de Tver. Photo Philippe Comte, été 2004. Krasnoïarsk - Parc naturel "Stolby" - Photo : Elena Jourdan Une église dans la région de Tver. Photo Philippe Comte, été 2004. Isba - Krasnoïarsk - Photo : Elena Jourdan Lac Baïkal - île d'Olkhon - Photo : Elena Jourdan La Moscova à Moscou, monument à Pierre le Grand de Tsérétéli. Photo Philippe Comte, été 2004.

Accueil > Le russe dans le monde professionnel > Une pénurie d’interprètes : les institutions internationales s’inquiètent

Une pénurie d’interprètes : les institutions internationales s’inquiètent

dimanche 28 mars 2010, par Elena Jourdan


Un article de Brigitte Perucca paru dans Le Monde du 18.03.10 sous le titre « Un monde sans interprètes ? » fait état d’une pénurie d’interprètes qui s’annonce pour les années à venir. Les institutions internationales s’inquiètent de cette situation qui touche l’ensemble des langues utilisées par celles-ci. L’auteur cite les propos de Marc Benedetti, directeur général de la DG interprétariat à la Commission européenne : environ 40 % des 600 fonctionnaires interprètes, toutes langues confondues, embauchés dans les années 1970 partiront à la retraite d’ici à dix ans. Shaaban M. Shaaban, secrétaire général adjoint chargé de la gestion des conférences à l’ONU, ajoute que la concurrence est devenue plus vive avec le privé, « qui recrute beaucoup de ces professionnels ».

Les Nations unies emploient 230 interprètes dans six langues (anglais, français, arabe, chinois, espagnol et russe) travaillant dans différents sièges : New York (la moitié), Genève, Vienne et Nairobi.
Au sein des institutions européennes, la tendance est la même pour plusieurs langues comme l’italien, l’allemand, le néerlandais et surtout l’anglais, qui connaît la pénurie la plus grave. La Commission européenne prévoit de recruter 200 interprètes de conférence de langue française au cours des dix prochaines années ; d’ores et déjà, Bruxelles doit faire appel à « 200 à 300 interprètes free-lance par jour pour assurer 50 à 60 conférences », dans les 23 langues officielles des 27 Etats membres.

Cette pénurie est en partie due à l’idée selon laquelle l’interprétariat est devenu inutile dans un monde où tout le monde parle anglais, qui limite l’intérêt des jeunes pour les écoles spécialisées. Or, c’est un métier exigeant qui nécessite une formation de qualité, car seuls 30 % des étudiants réussissent les concours d’admission des grandes institutions internationales telles que les Nation unies, comme le signale Marie Mériaud-Brischoux, directrice générale de l’Institut supérieur d’interprétation et de traduction (ISIT). Afin de permettre aux étudiants des écoles d’interprétariat de mieux se préparer aux concours de recrutement du personnel linguistique, l’ONU a signé, début mars, des mémorandums avec 16 écoles d’interprétariat dans le monde, dont quatre forment des interprètes de langue française - l’ISIT, l’Ecole supérieure d’interprètes et de traducteurs à Paris, mais aussi les écoles d’interprétariat de Genève en Suisse et de Mons en Belgique.

Consulter le site de Le Monde



La place centrale de Torjok, région de Tver. Photo Philippe Comte, été (...)


Éditeur du site : Association Française des Russisants
Directeur de publication : Armelle Groppo, Présidente de l'AFR
Webmestre : Sylvette Soulié